« Aujourd’hui, M. Borden est dans l’embarras. Il a fait imposer la conscription au pays : il constate en même temps que la main-d’œuvre se fait de plus en plus rare et c’est vers les ouvriers qu’il se tourne pour sauver le pays...que vont faire les ouvriers? Vont-ils donner leur coopération à un gouvernement qui les a méprisés au point de rien faire pour eux? »

Le Canada, 24 janvier 1918

Le mouvement ouvrier

La lutte des classes

La Première Guerre mondiale s’accompagne d’une demande accrue de la production de biens et de matériaux, ainsi que d’importantes pénuries de main-d’oeuvre. Ce contexte encourage la montée du socialisme, des syndicats et des revendications pour les droits des ouvriers.

Contestant de nombreuses mesures du gouvernement en temps de guerre, comme la conscription, les ouvriers se battent pour de meilleures conditions de travail avec une arme efficace qu’ils ont à leur disposition: les grèves. En 1919, quand les vétérans reviennent au pays, demandant des emplois et en trouvant peu, le mouvement atteint son apogée.

Premier Norris addressing anti-strike soldiers
(G.W.V.A. Great War Veterans Association) led by
Capt. F. G. Thompson, 4 June 1919

Archives de Manitoba
Collection David Millar , P8232/5

La grève générale de Winnipeg la plus grande grève de l’histoire canadienne, éclate le 15 mai 1919. En l’espace de quelques jours, 30 000 travailleurs et leurs familles abandonnent leurs postes. Les causes de cette grève sont communes à de nombreuses grandes villes au Canada: mauvaises conditions de travail, bas salaires, forte inflation, absence de reconnaissance syndicale et, finalement, la peur que des ‘ennemis étrangers’ volent le peu d’emplois disponibles dans les usines. Après six semaines, la ville fait appel à la Police montée du Nord-Ouest, qui charge dans la foule, tuant deux grévistes et écrasant ultimement le mouvement populaire.

Les grèves dans tout le pays de mai au juillet 1919

Ontario 90
Québec 57
le colombie-britannique 23
la nouvelle-écosse 11
Alberta 9
saskatchewan 9
manitoba 6
le nouveau-brunswick 6

War veterans protesting lack of work, [1919?]

Archives de la ville de Toronto
Famille William James (Fonds 1244)
Article 903

Les deux côtés de la médaille

Passez la souris

Les vétérans et la grève

La grève générale de Winnipeg polarise les vétérans, qui sont presque également divisés pour et contre le conflit. Du côté des grévistes, Roger Ernest Bay, un ancien soldat, est le porte-parole des anciens combattants qui soutiennent le mouvement syndical. Il dirige une série de réunions et de marches de protestation durant le mois de mai 1919, jusqu'à son arrestation pour «conspiration séditieuse» au début du mois de juin. De l'autre côté, Frederick G. Thompson, ancien capitaine et avocat, mène le mouvement vétéran anti-grève. Thompson, comme de nombreux anciens combattants, craint que le mouvement populaire ne soit une conspiration révolutionnaire menée par les bolcheviks.